" Tu dois lui donner assez d'eau et de paille, " ajouta Othman.
Ali appela le mouton. Le mouton, obéissant, vint manger la paille. Puis il but un peu d'eau.
Les garçons continuèrent à s'occuper du mouton à tour de rôle jusqu'au jour de l'Aïd. Ils l'emmenaient souvent en promenade dans le quartier. Une fois, comme Abdallah sortait pour aller faire la prière de Maghrib à la mosquée, le mouton le suivit. Abdallah dut le forcer à retourner dans la cour derrière la maison, mais le mouton ne voulait pas ! Les garçons commençaient à beaucoup aimer leur mouton.

Après la prière de l'Aïd, le jour de la fête du sacrifice, la famille rentra à la maison. Le moment était venu d'égorger le mouton.
" P-p-papa, p-p-pourquoi tu vas t-t-tuer le mouton ? " demanda Ali, au bord des larmes, tandis que son père aiguisait son couteau.

" Nous devons le tuer, parce que Dieu nous l'a ordonné ", répondit son père. " Chaque année, lors de Aïd al-adha, les musulmans dans le monde entier, s'ils en ont les moyens, égorgent un mouton, ou une chèvre, une vache ou un chameau. Voici pourquoi : Dieu avait ordonné au Prophète Ibrahim, la paix soit sur lui, d'égorger son fils, pour le mettre à l'épreuve. Il s'apprêtait à obéir parce que c'était un ordre de Dieu. Mais Dieu lui a donné à la place un bélier à égorger et Ibrahim, la paix soit sur lui, a égorgé le bélier. Pour commémorer cet immense sacrifice, il est demandé aux musulmans d'égorger un animal, puis de donner une partie de la viande. Vous aussi, vous devrez le faire quand vous serez grands. "
Ali ne répondit pas. Il regarda son père égorger le mouton. Puis il s'enfuit dans la maison parce qu'il ne pouvait pas supporter de regarder le mouton mourir.

Abdallah vint le rejoindre et lui expliqua à nouveau ce que son père lui avait dit. Ali finit par comprendre, mais il avait encore l'air triste.

Ensuite, les garçons aidèrent leur père à faire le reste du travail. En réfléchissant à ce qui s'était passé, Ali comprit qu'il venait d'apprendre le sens du mot sacrifice : renoncer à quelque chose qu'on aime pour un but plus important. Il était heureux maintenant, parce qu'il savait qu'ils avaient tué le mouton pour obéir à l'ordre de Dieu. Il entra alors dans la maison pour aider sa maman à nettoyer la viande.

Retour à la page d'accueil

Index des histoires

Source de l'histoire: http://www.albalagh.net
Traduction et mise en page: LE PETIT MUSULMAN